Je change... Mais pas eux.

©Mllepix Photography
©Mllepix Photography

 

Depuis quelques quelques semaines, quelques mois, ou même quelques années, des changements s’opèrent en vous. Votre vision du monde a changé, comme si elle s’était élargie, comme si vous appréhendiez les choses dans leur valeur globale et non plus seulement par leur seule apparence.

Vous percevez ce qui vous entoure avec un regard nouveau et cela se traduit par un ras-le-bol des habitudes, des entorses aux normes, une réflexion intense sur le sens de chacune de vos actions. 

Certains voudront réduire l’impact qu’ils ont sur la planète en réduisant considérablement leur déchet, en éliminant le superflu de leur quotidien, en faisant la guerre à ce qui parait impropre à la bonne évolution de la Terre… D’autres développeront une sensibilité accrue envers la nature et ne voudront manger que bio ou local, faire tout maison, cultiver leur terre et protéger les animaux de toutes les manières… D’autres encore se mettront à méditer, à dénouer les blocages de leur passé et chercher à tout comprendre, à s’immiscer dans l’univers comme une cellule parmi tant d’autres plutôt que de se sentir le centre du manège.

 

 

En bref vous avez dépassé le stade un peu douloureux où vous vous posez plein de questions, désormais, vous agissez… Oui mais, autour de vous, les gens semblent coincés dans un immobilisme désarmant voire désespérant. Vous passez souvent pour un extra-terrestre et vous vous sentez incompris avec votre âme de guerrier alors que vous avez l’impression de donner enfin un sens à votre vie… Les repas entre amis ou les sorties d’antant peuvent devenir pénibles: les jugements et les critiques fusent tandis que vos bonnes actions sont à peine remarquées, tout vous parait dénué de bon sens. 

©Mllepix Photography
©Mllepix Photography

 

Si vous évoquez la pollution, les pesticides, le zéro déchet, on vous qualifiera sur un ton moqueur d’ « écolo » (ah bon, ce terme est péjoratif ?), si vous parlez de corruption, de mensonge, de manipulation, de vigilance, vous serez étiquetés « complotiste » et en même temps si vous vantez l’amour, la paix, la bienveillance, on vous trouvera très « bisounours ». 

 

Bref vous ne saurez plus vraiment quoi dire. Mais rassurez-vous, tous les précurseurs, aussi petites ont été leurs actions, n’ont pas eu la tâche aisée… Alors ne baissez pas les bras, et peut-être qu’un jour on vous remerciera ! Même si dans le fond, la reconnaissance, vous en avez rien à faire ;) 

 

Voici quelques astuces pour (r)établir le dialogue avec vos proches réfractaires ou simplement vous faire accepter tel que vous ETES.

 

Être Inspirant

Cela vaut mieux que n’importe quel grand discours. Contentez-vous d’être et d’incarner ces valeurs qui vous sont chères et vous semblent justes. Vous savez mieux que personne le bien que cela vous fait. Une personne radieuse et sereine suscitera toujours les questionnements et vous pourrez à ce moment-là expliquer ce qui vous réussit tant.

 

Partager

Un documentaire, un plat du jardin, une activité, un article… Proposez de bon coeur le partage de ce qui a été déclencheur chez vous ou du fruit de vos actions. Sans attendre quoique ce soit ! Chacun sera réceptif à sa manière, chacun tirera ses propres conclusions.

 

 

©Mllepix Photography
©Mllepix Photography

 

Avoir du crédit

Soyez expert dans votre domaine pour être capable de répondre à vos assaillants sans présenter de faille ou perdre vos moyens. Ayez des exemples concrets, employez les termes précis et appropriés, ne cessez jamais d’apprendre… Sachez également écouter l’autre et être capable de vous retirer des échanges stériles qui amenuisent votre énergie.

 

S’armer de patience

Laissez du temps à vos proches. L’intégration de nouvelles connaissances ou habitudes fut peut-être évidente et rapide pour vous mais chacun va a son rythme et suit son chemin. Il peut-être très difficile de remettre ses normes en question et ainsi sortir pour un temps de sa zone de confort. Ce qui rend votre entourage agressif et peu compréhensif, ne serait-ce pas simplement la peur? La peur de se transformer ou d’admettre ses erreurs? Ou encore la peur de vous perdre du fait de la différence que vous créez entre vous?

 

Savoir s’aimer pour se faire confiance

L’amour de soi est un pilier de l’harmonie collective. Car comment aimer ou comprendre les autres si on ne s’aime pas soi-même ? 

S’aimer assez cela revient à s’adresser de belles paroles, à s’encourager, à s’alimenter par le meilleur, que l’on parle de nourriture physique ou intellectuelle. C’est faire ce qui nous fait vibrer et nous rend heureux durablement, dire ce qu’on l’on pense réellement, sans effet, sans en rajouter, sans chercher à provoquer de réaction autre que celle de notre vérité. C’est prendre le temps d’écouter sa petite voix intérieure et de se faire confiance. C’est savoir dire « non », « stop » à tout ce qui provoque une gêne en nous. C’est aussi reconnaître ses faiblesses et ses torts pour ensuite être capable de se pardonner autant que de se responsabiliser pour devenir meilleur et savoir où est sa valeur. En vous traitant ainsi, vous traiterez les autres de la même façon et cela facilitera les échanges.

 

Lâcher prise

Vous n’êtes plus le même donc vous ne vibrez plus les mêmes choses et n’attirerez plus les mêmes choses (cf je vibre donc je suis). Il faudra peut-être accepter de perdre ou modifier certaines relations… Mais en restant attentif vous en gagnerez de nombreuses autres qui correspondent mieux à qui vous êtes. Ne vous cramponnez pas à des personnes si elles vous sont à présent toxiques. 

Enfin, rassurez-vous, des gens/extra-terrestres comme vous, il y en a PLEIN ! Changer signifie simplement évoluer, soit le but même de l’existence.

 

Camille

 

crédit photo: MllePix Photography

 

25 rue de l'hôtel de ville

77820 Le Châtelet-en-Brie

Rejoignez-moi sur Facebook


Beauté Animée


Les images présentes sur le site ne sont pas libres de droit.

© MllePix Photography

© Camille Buisson