Lumière sur la crème solaire

© Mllepix Photography
© Mllepix Photography

 Le beau temps s’installe doucement et amène avec lui les premières vagues de chaleur… ça donne bien envie de se prélasser dans le jardin pour offrir teint et gambettes aux lueurs délicieuses du soleil !

Très vite, ça chauffe ! Quels sont alors vos réflexes? Vos habitudes ? Vos croyances ?

La crème solaire fait-elle partie des produits must-have de votre trousse d’été, prête à être dégainée au moindre rayon de soleil?

 

Zoomons sur ce produit qui a fait son entrée en France en 1935. 

 

C’est le futur créateur de l’Oréal, Eugène Scheller, qui commercialise le premier en France une ambre solaire qui permet de « bronzer sans brûler». Son produit contient du benzyl salicylate, une molécule synthétique qui fait barrière aux UVA et UVB. Pour résumer, les UVA endommagent le bon fonctionnement de la peau et accélèrent son vieillissement tandis que les UVB sont les rayons responsables des coups de soleil.

La crème solaire ne va ensuite pas cesser d’évoluer pour devenir invisible après la pose, parfumée, résistante à l’eau, endurante dans le temps etc. Devenue indispensable lors des sorties estivales, elle remplace les châles, les casquettes, la sieste... la raison.

 

On lui offre le mérite de lutter contre le cancer de la peau, cette maladie qui se développe puisque les individus viennent d’obtenir leurs premiers congés payés et jouissent de longs repos sur la plage et s’exposent un petit peu trop…

 

Alors, faut-il remercier ou blâmer la crème solaire? Analysons.

 

Il existe deux types de crème solaire, la chimique et la minérale.

Les crèmes solaires chimiques (pharmacie pour la plupart ) contiennent des filtres UV synthétiques. Elles sont destinées à être ultra-pénétrantes pour ne laisser aucune trace et remplir leurs fonctions depuis la peau. Rappelons que tout produit qui traverse l’épiderme se retrouve en circulation libre dans le système sanguin, et est donc distribué dans tout l'organisme.

 

  Question santé, des études ont montré que ces filtres s'avéraient perturbateurs du système endocrinien et créent une confusion dans l’organisme qui ne parvient pas à les évacuer. A long terme, ces filtres peuvent devenir... cancérigènes. Sans parler des conservateurs ou autre parfums synthétiques à qui l’on prête les mêmes conséquences. Nous voilà donc replongés à l’origine du problème, confrontés au fameux cancer.

Du côté de  l'environnement, ces filtres jouent leur rôle à merveille… sur les coraux également ! Les baigneurs innocents tout badigeonnés s'infusent dans l’océan et voilà que les coraux se retrouvent malgré eux avec une barrière à UV dans l'organisme. Ne profitant plus des rayons du soleil qui leur sont vitaux, ils ternissent ou meurent. Ces écrans solaires participent donc activement à la destruction d’éco-systèmes marins précieux. Vous y penserez?

 

Les crèmes solaires minérales (en général magasins bio ou de produits naturels) semblent plus inoffensives puisqu’elles contiennent des ingrédients naturels capables de faire barrière aux UVA et UVB. De plus, le label bio met l’acheteur en confiance. Mise en garde tout de même ! 

Une protection minérale signifie en fait une protection physique: Au lieu d’être pénétrant, le produit est couvrant et agit comme un bouclier à la surface de la peau.

Les deux ingrédients boucliers plébiscités par la cosmétique minérale sont le dioxyde de titane essentiellement et, à moindre mesure, l’oxyde de zinc. Ces ingrédients se présentent en poudre blanche. En toute logique, cela signifie que les crèmes minérales laisseraient un filtre visible blanc sur la surface de peau… Concept plutôt rejeté par le consommateur ! Pour pallier ce problème esthétique, les fabricants ont donc utilisé le dioxyde de titane sous forme de nano-particules, des particules si fines qu’elles sont complètement invisibles et finissent par pénétrer la peau et tous les tissus de l’organisme. Le corps est incapable d’évacuer ces particules, résultat il stocke des métaux lourds ce qui peut s’avérer… cancérigène à long terme ! Là encore nous voilà à nouveau en plein coeur du problème initial. En conclusion, si votre crème solaire bio ne vous blanchit pas la peau… je vous invite à la vigilance et à regarder si l’ingrédient CI 77891 n’y figure pas.

 

© Mllepix Photography
© Mllepix Photography

 

Alors, que faire?

 

1- Respecter le soleil

Le soleil n’est ni un ami, ni un ennemi. C’est une astre qui illumine, irradie, réchauffe et brûle. Il faut bien comprendre qu’il est hors de notre contrôle. Remercions-le pour les bienfaits qu’il apporte à notre humeur, notre santé (fixe la vitamine D), la beauté de nos fleurs et potagers, la saveur de nos fruits. Mais sachons également nous en éloigner lorsqu’il nous assèche et nous met en danger. Si nous ne sommes pas naturellement adaptés à rester exposés en plein soleil sous 40°C, respectons seulement notre nature et celle du soleil qui sont parfois incompatibles. En revanche lorsqu’il redescend et se fait plus supportable il est même conseillé de s’exposer quotidiennement une dizaine de minutes sans protection aucune. Cela revient simplement à vivre en harmonie avec son environnement, un principe souvent oublié par les humains.

 

2- Couvrir sa peau et ses cheveux

Sortir lorsque le soleil est à son zénith et s'en protéger n'est pas incompatible. Pareos, chapeaux de paille, mailles en coton… On peut recourir à de nombreuses idées de tissus couvrants et légers, larges de préférence pour faire de l’ombre. Il se peut même que cela vous préserve d’une trop grande sensation de chaleur. 

 

3- Huiler sa peau

Les huiles seront vos alliées en cette saison ! Si le soleil a brûlé la peau, cela signifie qu’il l'a desséchée au préalable. On peut donc anticiper ce dessèchement en badigeonnant régulièrement corps, cheveux et visage avec des huiles adaptées et ultra-nourrissantes. Votre peau vous remerciera ! De plus, il existe des huiles végétales qui offrent naturellement une légère protection au soleil. Super cadeau de la nature, non?

 

En voici quelques unes:

- Huile de Karanja SPF 30

- Huile de pépins de framboise SPF 30

- Huile de germe de blé SPF 20

- Huile de coco SPF 8

- Huile d’olive SPF 8

 

Ces huiles (en bio) sont garanties non cancérigènes :)

 

4- S'alimenter en conséquence

 

L'aliment est votre ami ! Commencez par donner à votre organisme suffisamment de nutriments pour réagir positivement au soleil. Adoptez une alimentation riche en anti-oxydants et crue. Si vous cuisez vos ingrédients, vous pouvez être certains que vous éliminerez leurs trésors nutritionnels et que, à juste titre, vous cuirez au soleil ! Mangez des fruits à volonté et  préparez vous des jus de carottes ou de légumes verts. 

 

5- Faire soi-même ses produits solaires

 

Pour tout ceux qui ont des enfants intrépides et impatients de passer une journée au soleil ou ceux qui ne se voient pas passer à côté d’une après-midi bronzette, vélo ou autre activité à risque en terme de coups de soleil, il est possible de se faire un écran solaire minéral de secours, sans nano-particules. Dans ce cas vous aurez seulement à accepter d’être légèrement blanchâtre durant votre exposition…

© Camille Buisson
© Camille Buisson

En voici la recette (végane):

 

- 1 càs de beurre de karité

- 1 càs d'huile de coco

- 1 càs d'une autre huile végétale

qui correspond à son type de peau et avec un bon SPF de préférence

- 1 càs de cire de candellila

- 1 bonne càs d'oxyde de zinc

- 4 gouttes de vitamine E

 

Il suffit de faire fondre doucement au bain-marie les quatre premiers ingrédients, puis d'ajouter hors feu l'oxyde de zinc et la vitamine E (qui permet une meilleure conservation).

Battre au fouet électrique ou avec beaucoup de dynamisme si vous utilisez le fouet manuel, jusqu'à ce que le mélange refroidisse et devienne parfaitement homogène. Mettre en pot. 

 

Cette préparation se conserve environ 6 mois, et offre une protection SPF de 20 minimum. Pensez à renouveler régulièrement son application. Attention, dans l'eau elle ne protègera pas de façon optimale. Pour un SPF plus fort (pour les enfants par exemple), ajoutez une autre cuillère à soupe d'oxyde de zinc.

 

Encore une fois, le bon sens nous pousse à bousculer nos habitudes… A vous de voir... et bel été à tous !

 

Camille

 

Pour en savoir encore plus et fabriquer vos produits solaires en toute sécurité, rdv le 10 Juin à 16h au Châtelet-en-Brie pour fabriquer un écran solaire minéral à SPF personnalisable et une huile solaire sèche pailletée (protectrice, sublimatrice et accélatrice de bronzage). Inscription ci-dessous:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

26 rue de l'hôtel de ville

77820 Le Châtelet-en-Brie

Rejoignez-moi sur Facebook


Beauté Animée


Les images présentes sur le site ne sont pas libres de droit.

© MllePix Photography

© Camille Buisson